ccas.frArticle : "Enquête de satisfaction"

restauration méridienne

Enquête de satisfaction

ccas.fr • en ligne le 3 Janvier 2007

Vous avez été nombreux à répondre à l’enquête annuelle sur la restauration méridienne. Marcel Viard, administrateur de la CCAS en charge de ce secteur, commente les résultats.

Que pensez-vous des résultats de l’enquête de satisfaction 2006 ?
Tout d’abord, je note que les réponses ont été nombreuses : nous avons reçu 8 600 questionnaires. Nous pouvons dire que le taux de satisfaction est supérieur à celui de 2005 (sauf sur les questions de locaux, mais elles dépendent directement des directions d’EDF et GDF). Toutefois, les réponses ne concernent qu’une partie des agents, ceux qui se restaurent chez nous. Pour les autres, ceux qui ne le font pas, évidemment nous ne savons rien.

La restauration d’entreprise a-t-elle toujours sa place dans notre société ?
Oui, bien sûr, car l’une des premières questions que se pose un salarié arrivant dans une entreprise est de savoir où il peut se restaurer à midi ! Je ne parle pas de restauration rapide, mais de véritable repas qui prenne en compte les problèmes de diététique, de santé publique. Quand des jeunes salariés d’EDF et GDF en sont réduits à coucher dans leur voiture le soir car le logement leur est inaccessible, et qu’ils n’ont pas suffisamment d’argent pour manger correctement, bien souvent, c’est à midi que se fait l’équilibre alimentaire.

Où en sommes-nous dans la possibilité d’ouvrir des restaurants inter-CE ?
Il est nécessaire de travailler à des partenariats si l’on veut que le plus grand nombre puisse accéder à une restauration sociale collective de qualité plutôt qu’aux Chèque-Restaurant ou à la restauration rapide. Travailler avec d’autres devient incontournable, il suffit de regarder l’évolution des structures d’EDF. Et puis, en dessous de 150 couverts, il est difficile, pour des raisons de coût, de faire de la qualité dans la diversité. Pourtant, c’est ce qu’attendent les agents.
En outre, en termes politiques, ne devons-nous pas permettre à d’autres, salariés de petites entreprises, d’accéder à une restauration ? Certaines fois, il va nous falloir dépasser notre “corporatisme”. Parce que nous ne sommes pas une entreprise capitaliste, de pur profit, parce que nous nous situons dans l’économie sociale et solidaire, cette évolution doit intégrer les notions de démocratie citoyenne. Il nous faut écouter les agents, mais aussi associer le personnel qui travaille dans les restaurants.
Aujourd’hui, nous avons des échanges avec le Centre national Expertise des relations professionnelles (CNERP, anciennement DPRS), pour avoir un regard et faire un diagnostic, établir un état des lieux sur la restauration méridienne existante. Réuni récemment, le groupe de travail Restauration des activités sociales a jugé nécessaire de se doter d’une vision globale de l’ensemble des besoins. Pour ce faire, la direction de l’organisme va utiliser les compétences d’un consultant début 2007. Fort de tout le travail réalisé en amont, si les organisations syndicales le souhaitent, elles pourront engager des négociations avec les directions des établissements ou de la branche pour l’amélioration, l’évolution et le développement de la restauration méridienne.

 Philippe Poupard

repères

ccas.fr

  • Budget : 74 millions d’euros.
  • Nombre de personnes employées : 1 072.
  • Pendant l’exercice 2005-2006, 6 186 270 repas ont été servis dans les 123 restaurants CCAS et les 10 restaurants “conventionnés”.

      gravier

  •  

    accueil | contacts | infos légales | [accès correspondants] | - © 2009