CCAS.fr > Dossier > ccasinfos 275 > Article : "Repenser la solidarité"

solidarité

Repenser la solidarité

ccas.fr • en ligne le 3 Janvier 2007

Serge Paugam, sociologue, spécialiste de la pauvreté et de l’exclusion dans la société française, revient sur les nouvelles formes d’inégalités qui ébranlent la cohésion sociale.

Pourquoi le sentiment d’insécurité sociale se répand-il et gagne-t-il des catégories sociales qui se pensaient préservées ?
Le sentiment d’insécurité sociale peut se comprendre comme la conséquence directe de ce que l’on appelle aujourd’hui la “crise de la société salariale”. Le compromis de l’après-guerre qui avait permis de faire reculer l’assistance et de concilier efficacité économique et solidarité sociale a été ébranlé par la nouvelle question sociale. Le chômage, mais aussi l’instabilité des emplois et l’intensification du travail ont remis en question ces équilibres. La protection sociale est devenue très inégale selon les salariés, les moins qualifiés sont aujourd’hui les moins protégés. Ce processus a conduit à une augmentation de la population des assistés et ce que l’on appelle maintenant les “dépenses de solidarité” est destiné à la prise en charge de cette population socialement disqualifiée. Alors que la notion de solidarité a porté ce mouvement de protection sociale dans le sens de l’universalisation des droits, elle ne semble à présent destinée qu’à entretenir la bonne conscience des sociétés modernes à l’égard de leurs pauvres.

Les inégalités sont-elles effectivement en train de se creuser dans notre société, alimentant un sentiment d’injustice préjudiciable à la cohésion sociale ?
A la question sociale, le plus souvent appréhendée à partir des transformations du marché de l’emploi et de l’apparition d’un chômage de masse, sont venues se greffer de nouvelles questions : inégalités entre générations, entre sexes, entre nationaux, entre personnes issues de l’immigration et immigrés, inégalités spatiales. La nouvelle question sociale est ainsi également une nouvelle question urbaine, familiale, scolaire et même, comme certains l’envisagent, une nouvelle question “raciale”. Souvent représentées sous la forme de ségrégations, de discriminations, de stigmatisations, ces inégalités multiples conduisent au constat d’une cohésion sociale ébranlée et donc d’une remise en question du contrat social entre les individus et les générations. C’est la raison pour laquelle la solidarité doit être réévaluée à l’aune des défis auxquels les sociétés modernes sont confrontées en ce début du xxie siècle.

Quelles pistes propose l’ouvrage que vous avez coordonné pour “repenser la solidarité” ?
Il est impossible de rappeler ici l’ensemble des propositions avancées par les cinquante chercheurs qui ont participé à cet ouvrage. Les auteurs ont cherché les moyens de renouveler l’éthique de la solidarité à la fois au sens des principes généraux de justice sociale et au sens de l’application concrète de ces derniers dans les modes de l’intervention sociale. Ils ont aussi fait l’inventaire des solutions visant à concilier efficacité économique et solidarité sociale dans un environnement marqué par la concurrence internationale. Ils ont évalué les moyens de mieux articuler les solidarités privée et publique. Ils ont enfin fait des propositions pour créer des synergies entre les différentes échelles de la solidarité, du local au national et du national ou supranational. C’est sans arrière-pensées politiques ou morales, en ayant uniquement pour dessein de clarifier le débat et de dissiper les fréquentes confusions entourant les questions de solidarité que les auteurs de cet ouvrage s’adressent aux responsables politiques, aux syndicats, au patronat, aux associations, bref à tous les citoyens attentifs aux enjeux des réformes en cours ou à venir.

 Sophie Chyrek

Serge Paugam,

ccas.fr

46 ans, est directeur d’études et responsable de la formation doctorale de sociologie à l’Ecole des hautes études en sciences sociales (EHESS). Directeur de recherche au CNRS, il est aussi responsable de l’Equipe de recherches sur les inégalités sociales (Eris) du centre Maurice-Halbwachs. Auteur de plusieurs ouvrages sur la pauvreté et la précarité et directeur de la collection “Le lien social” aux Presses universitaires de France, il a coordonné l’ouvrage collectif Repenser la solidarité au xxie siècle sorti ce mois-ci aux PUF.

 Sophie Chyrek

 

accueil | contacts | mentions légales | vie privée | [accès correspondants] | - © 2009